Entrepreneurs : évitez ces 10 erreurs !

Mis à jour : 19 janv 2019

L'entrepreneuriat est un parcours semé d'embûches, que tout entrepreneur traverse en trébuchant et en se relevant plus fort et déterminé.

Les erreurs sont souvent très positives. Elles sont de magnifiques occasions d'améliorer l'existant et sont de formidables opportunités d'apprentissage.

Certaines erreurs sont cependant plus préjudiciables que d'autres, en mettant à mal la rentabilité ou la pérennité de votre entreprise.

Pour vous aider à les éviter, j'ai donc décidé de vous partager 10 erreurs fréquentes lorsqu'on est néo-entrepreneur.



1/ Démarrer sans un minimum de connaissances en marketing et ventes

Vous possédez une expertise incontestable en informatique. Ou en recrutement. Ou encore en formation. Vous étiez le ou la meilleur de votre équipe lorsque vous étiez salarié(e), à moins que vous ne soyez major de promotion fraîchement diplômé(e).

Vous êtes autonome et et avez toujours de nouvelles idées pour améliorer les choses voire bousculer les codes. Une vraie âme d'entrepreneur.

Alors vous avez décidé de vous lancer en créant votre statut auto entrepreneur !

Et ça peut se comprendre. Pourquoi devriez-vous "gaspiller" ces précieuses compétences pour accomplir le projet d'un autre ?

Seulement voilà... Vous avez oublié un élément de taille : travailler à son compte ne signifie pas travailler sans patron, mais être son propre patron. La nuance est de taille ! Car en attendant de pouvoir recruter, vous allez devoir occuper à vous seul toutes les fonctions de l'entreprise.

En plus de savoir vous organiser, utiliser vos outils et gérer l'administratif, et savoir délivrer vos prestations, il va vous falloir en tout premier lieu trouver des clients.

Cela demande un minimum de capacité à cibler et attirer les bons prospects, les convaincre d'acheter vos services et leur donner envie de revenir. Et ça, ça ne s'improvise pas.

Si vous souhaitez réussir à rendre votre offre désirable et à la proposer à ceux qui sont vraiment prêts à l'acheter, pensez à vous former pour apprendre à mettre en œuvre un plan marketing et une stratégie commerciale adaptés, ou songez à vous faire accompagner par un spécialiste (ils ne sont pas là pour rien...), voire à externaliser.

2/ S'associer avec un ami... uniquement parce que c'est un ami

Vous vous entendez à merveille. Peut-être avez-vous noué une relation forte et très complice depuis les vacances chez Mamie ou les bancs de la fac, et avez les mêmes rêves. Peut-être même avez-vous déjà été collègues et contribué au même projet, ce qui vous a mis en confiance.

Mais vos façons de travailler et, surtout, votre vision du business pourraient être tout simplement incompatibles ! Ne me méprenez pas, je ne suis pas entrain de dire qu'il ne faut pas s'associer avec vos amis...

Toutefois, gardez en tête qu'il faudra clairement définir et cadrer votre relation de travail dès le début, vous assurer que votre niveau d'investissement sera le même y compris lorsque votre entreprise sera en place.

En effet, lors des phases de conception et lancement de votre projet, l'enthousiasme, la solidarité et l'implication seront sans doute très forts.

Mais dans votre euphorie du début, n'oubliez pas de bien définir vos responsabilités respectives, vos attentes respectives et le processus de décision.

S'associer avec son ami, c'est aussi passer beaucoup plus de temps ensemble. Et parfois dans des moments avec de forts enjeux, que vous n'aviez pas encore expérimenté. Du point de vue de vos tempéraments, il faudra donc rester vigilants sur vos traits de caractère et vos valeurs qui, en situation de stress, peuvent devenir de véritables sources de tensions.

3/ Démarrer sans stratégie

Bien entendu, si vous prévoyez d'emprunter de l'argent ou une levée de fonds, il vous faudra réaliser un business plan en béton.

Cela dit, investisseurs ou pas, il vous sera plus qu'utile de prendre de la hauteur pour faire le point sur la viabilité de votre modèle économique.

Vous vous assurerez ainsi de savoir qui va acheter vos services (ou produits), pourquoi, et ce qui vous distingue RÉELLEMENT de vos concurrents. Mais surtout, cela vous aidera à confronter la création de valeur de votre entreprise, à la façon dont vous allez vous y prendre pour gagner de l'argent.

  • Avec qui allez-vous travailler ?

  • Combien allez-vous dépenser ?

  • Combien de clients pourrez-vous gérer en simultané sans y laisser votre santé tout en étant rentable ?

Prenez ces questions à la légère et vous pourrez d'ores et déjà programmer la fin de votre activité.

4/ Publier à tout va sur les réseaux sociaux

Tous les community managers vous le diront, communiquer sur les médias sociaux ne consiste pas à passer sa journée à s'amuser et échanger sur Facebook ou Twitter.

Là aussi, il vous faut une stratégie si vous voulez obtenir des résultats concrets sans passer trop de temps sur cette activité qui n'est pas votre cœur de métier.

La première chose à faire est de déterminer votre objectif pour chaque réseau social : quel résultat souhaitez-vous atteindre ?

En fonction de cet objectif, vous choisirez les réseaux sociaux sur lesquels vous serez présents, le type et le rythme de vos publications, vos indicateurs de performance et mode de suivi, avant de sélectionner vos outils et établir votre planning de publications.

  • D'où viennent vos leads ?

  • À quelles publications ont-ils le plus réagi ?

  • Quels jours et à quelle heure sont-ils les plus réactifs ?

  • Comment interagissent-ils avec votre entreprise ?

Dès le début, commencez à analyser ces résultats pour renforcer ce qui fonctionne et ajuster ou abandonner ce qui marche moins en fonction de vos objectifs.

5/ Se laisser gagner par les peurs des autres

Grosso-modo, vous avez trois catégories :

- votre entourage familial qui craint pour votre avenir ("Comment avancent tes recherches de CDI ?")

- vos amis qui vous font des reproches ("Tu ne sors plus autant qu'avant, tu travailles trop" ou la variante "C'est cool l'entrepreneuriat tu es toujours disponible !")

- vos anciens collègues qui vous envient sans oser sauter le pas ("C'est une bonne idée mais MOI ce qui me dérangerait c'est que j'ai besoin de mon salaire tous les mois... et puis mes clients sont satisfaits mais je ne peux pas prendre le portefeuille client de mon employeur... Et du coup tu n'as pas de vie tu es toujours connecté-e... En tous cas je t'encourage hein !").

La majorité de ces personnes sont bienveillantes mais concernant votre projet, vous avez besoin de personnes plus positives, qui vous aident à y croire et vous encouragent réellement à aller de l'avant.

Recherchez ces personnes là et parlez leur de votre projet. Si vous vous laissez absorber par trop de négativité autour de vous, vous allez finir par douter de votre capacité à réussir, et ça, c'est un très bon moyen de vous conditionner pour échouer.


6/ Démarrer sans process

Documenter vos processus répétitifs dès le démarrage reste indispensable. Cela vous évitera de vous retrouver obligé de le faire lorsque vous n'aurez plus vraiment le temps. Vous espérez sans doute que votre entreprise évolue et vous apporte plus de clients et de collaborateurs ou partenaires.

Des processus clairement établis vous permettront de maintenir une qualité de service équivalente pour chacun de vos clients (y compris lorsque vous devez sous-traiter une partie de la mission), de gagner en productivité, et de gérer de plus en plus de clients en simultané.

Documentez vos process dès le début sous forme de schémas, documents types et tutoriels vidéos que vous pourrez ajuster et améliorer au fur et à mesure de votre expérience entrepreneuriale. Ainsi vous les perfectionnerez au fur et à mesure, bien avant de vous retrouver dépassé(e) par le nombre de clients grandissants et le risque de ne pas pouvoir les satisfaire.


7/ Omettre de cadrer la relation client et les contours de la prestation

Je ne reviendrai pas sur l'importance d'émerveiller vos clients avec un service plus qu'irréprochable, une écoute active et sincère et des échanges agréables. Tout entrepreneur normalement constitué sait l'importance que prend le client dans la réussite de son business.

Toutefois, il est tout aussi important de comprendre que l'excès de zèle dans la relation client, met à mal votre crédibilité, mais surtout votre rentabilité.

Soyez clair dès le début sur le contenu de la prestation, vos obligations, et vos attentes vis-à-vis du client (délai pour fournir les informations nécessaires à la mission, modalités de règlement, application de vos recommandations...).

N'hésitez pas à porter ces informations au contrat et à prévoir à l'avance une tarification pour pour les sollicitations supplémentaires (nombre de modifications possibles pour un logo, frais de déplacement, séances supplémentaires...).

Sans ces précautions, vous pourriez vite vous retrouver frustré(e) par les sur-sollicitations de votre client, et voir votre relation se détériorer.

Si vous décidez d'offrir un service supplémentaire pour fidéliser votre client, une petite remise ou un niveau de service supérieur (un accès Premium pour un client qui a souscrit à votre offre Basic), veillez à ce que ça reste rentable pour vous, mais surtout, n'oubliez pas d'en préciser le caractère exceptionnel.

Dans le cas contraire, votre client risque de prendre ça pour un dû et de l'exiger lors d'une prochaine prestation.


8/ Refuser de demander de l'aide

Vous êtes enfin indépendant(e) après vous être libéré(e) de votre boss qui vous utilisait comme du sel qu'on met à toutes les sauces, ou au contraire sous-utilisait votre potentiel.

Ça n'est pas pour autant que vous allez avancer seul(e).

Lorsqu'on démissionne pour se lancer à son compte, on passe en réalité d'un lien de dépendance, à des liens d'inter-dépendance. Entreprendre, c'est entrer dans une dynamique systémique où chaque entité doit offrir et demander pour espérer réussir.

Pourtant, quand on est du genre perfectionniste, on a tendance à vouloir tout faire par soi-même (qu'il s'agisse des tâches professionnelles ou personnelles d'ailleurs) sans accepter de déléguer en cas de débordement.

Refuser de déléguer est pourtant l'un des moyens les plus fiables pour tuer votre productivité à petit feu.

Il est également fréquent, de ne pas admettre ses limites, ou tout simplement de ne pas accepter que l'on ne peut pas spécialiste en tout, en tout cas pas en même temps. Se faire accompagner par un spécialiste sur les aspects indispensables qui dépassent notre compétence ou notre emploi du temps est finalement beaucoup plus rentable que de passer la nuit à se faire des nœuds au cerveau sans jamais être sûr(e) d'aller dans la bonne direction.

You can do anything but not everything.


9/ Démarrer un nouveau business sans que le premier soit en rythme de croisière

Je m'adresse ici aux hyperactifs, hypercréatifs, arborescents et serial entrepreneurs.

En bon(ne) visionnaire, vous êtes ambitieux(se) et avez l'habitude d'innover pour provoquer le changement ou tout simplement améliorer l'existant.

Vous adorez mener plusieurs projets de front et travaillez sans relâche pour dépasser vos objectifs. Naturellement, vous bouillonnez d'idées de business et êtes frustré(e) lorsque vous voyez VOTRE idée mise en oeuvre et portée à la réussite par un autre, faute de l'avoir lancée assez tôt.

D'ailleurs vous vous voyez déjà réussir cette nouvelle idée qui mûrit depuis quelques temps dans votre esprit.

Mais il va sans doute falloir patienter encore un peu...

En investissant votre temps, votre énergie et votre argent dans un nouveau projet, vous risquez fortement de ne plus avoir suffisamment de disponibilités pour développer ou tout simplement sauver votre entreprise en cas de besoin.

Votre business sera vraiment en marche lorsqu'il sera capable de générer suffisamment de valeur sans que vous n'ayez à (trop) intervenir sur les tâches opérationnelles, à travers la délégation et/ou l'automatisation.

Tant que vous n'avez pas atteint ce niveau de croisière, vous prenez de trop gros risques à lancer un deuxième business sans vraiment être prêt à vous y investir pour le mener au succès.


10/ Négliger votre santé et vos activités personnelles

La création d'entreprise est une aventure incomparable, à la fois passionnante et très prenante. Vous êtes dans la plupart des cas seul(e) pour gérer l'ensemble des fonctions administratives, commerciales et opérationnelles pour tenir votre entreprise.

Malgré tout, il est indispensable de garder à l'esprit vos véritables priorités. La famille et la santé sont irremplaçables et les amis sont précieux pour maintenir un équilibre.

Si pris(e) par le rush vous commencez à sacrifier vos nuits, à prendre vos repas dans de mauvaises conditions, et sacrifier vos moments bien à vous, vous ne tiendrez pas bien longtemps.

Après le mode survie, où votre taux d'adrénaline vous donnera un semblant d'énergie, c'est le burnout qui vous guette et il vous sera alors difficile de remonter la pente.

En vous efforçant de prendre de courtes pauses, de respirer au grand air, de pratiquer au moins une activité qui vous ressource et vous épanouit, et de manger le plus correctement possible, vous resterez motivé(e), dynamique et épanoui plus longtemps.

Qui veut aller loin ménage sa monture